Logo 3752e2c8ad6d91583b77604207d1b8f27817fda904b965b230b9c57510637d20

Nicolas Bally

/ Blog

A propos Blog Contact

Qu'est-ce qui vous empêche de vous lancer ?

Je suis entouré d'entrepreneurs qui n'entreprennent pas. Ca peut paraître bizarre, mais c'est le cas.

Tout autour de moi j'ai des gens qui ont des idées, des projets, des rêves, des visions, tout plein de belles choses, de belles qualités qui feraient d'eux les entrepreneurs de demain. Et pourtant, ils sont persuadés que ce n'est pas pour eux, qu'ils ne savent pas faire.

Est-ce que c'est votre cas ? Car si oui je vais quand même vous rappeler un truc, il y a un certain temps, plus ou moins lointain, vous ne saviez pas marcher.

Personne n'est fait pour entreprendre

Et puis au fond personne n'est fait pour quoi que ce soit.

Il y a une croyance que l'on n'a pourtant pas quand on est gamin, une construction mentale, un "Je suis" très limitant, mais aussi rassurant. Forcément, lorsqu'on a une croyance c'est qu'on a toujours un bénéfice à l'avoir.

On se dit que ce n'est pas possible de changer de voie, où que les choses sont comme elles sont. Qu'on a les connaissances, les compétences que l'on a et que l'on doit jouer le jeu de la vie avec ces cartes là. Mais tout peut changer, et de toute façon qu'on le veuille ou non tout change.

Moi je pense qu'on ne peut pas savoir si quelque chose marche ou pas tant qu'on a pas essayé.

C'est d'ailleurs ce que je me suis dis quand j'ai créé ma boite à 18 ans, et puis finalement ça à pas trop mal fonctionné et en tout cas c'est un chemin chaque jour plus intéressant. Et pourtant, avec le recul, je peux vous dire que je m'y suis pris comme un pied !

Au fond entreprendre c'est confronter sa vision à la réalité

Et de toute façon, d'une manière plus générale la vie c'est ça aussi. Je crois un truc, alors en fonction de ça, je le fais ou pas. Soit c'est un choix, soit c'est un non choix.

Je connais pas mal d'entrepreneurs maintenant, et à tout niveaux, je ne crois pas en connaitre qui étaient vraiment sûr d'eux à leur lancement. Mais ils s'en sont convaincus.

Et la bonne nouvelle c'est que le monde change, les entreprises aussi, et finalement ce qui compte c'est d'apprendre et d'être flexible. Finalement c'est l'inverse de ce qu'on nous apprend en général dans la société. Et je crois que si on n'ose pas c'est à cause de ça. On a l'impression qu'on doit avoir un plan, être sûr de ce qu'on va faire et comment on va le faire avant de se lancer.

Mais les entreprises qui fonctionnent on pour la grande majorité changé leur plans un bon nombre de fois. Et elles ne ressemblent d'ailleurs pas forcément à ce que leur fondateur pensait qu'elle ressembleraient.

Bon c'est pas tout à fait vrai, car il y a quand même certains mastodontes avec des modèles qui ne marchent pas qui cherchent à l'imposer pour survivre, et ça marche, de moins en moins bien et de manière de plus en plus douteuse, mais globalement tout ce qui n'évolue pas est voué à disparaître prochainement.

Avez-vous déjà vraiment poussé votre projet, votre rêve ?

Je m'aperçois d'un truc quand même, c'est que la plupart du temps les avis de nos proches sont tellement pessimistes que dans les rares cas où nous ne nous étions pas encore bridés on abandonne le projet que l'on a dès qu'on en parle à quelqu'un. C'est quand même dommage.

Notre société manque d'échecs...

et de réussites. Mais je pense que les deux sont liés. Je ne sais pas si vous avez regardé la vidéo dont je vous ai parlé ( http://blog.nicolasbally.com/blog/film-we-love-ent...) c'est vrai qu'elle est assez longue, mais ça vaut vraiment le coup. Un des entrepreneurs dit bien que si on n'a pas d'échec c'est qu'on a pas pris assez de risque.

On ne pousse quasiment jamais nos projets jusqu'à ce qu'ils aboutissent ou échouent. C'est quand même dommage de ne pas savoir non ? Dans le meilleur des cas un autre le fait, mais dans le pire des cas nos idées sont perdues à jamais, et ça c'est pas top pour l'évolution du monde.

Pensez à une des dernières idées que vous avez eue et que vous avez abandonnée. Est ce que vous l'avez fait avancer au max de ce que vous pouviez ? Jusqu'à ce que vous soyez bloqué pour la réaliser et que vous identifiez vraiment ce qui vous manque ? Et si oui avez-vous vraiment trouvé toutes les ressources que vous pouviez trouver ? Avez-vous osé en parler aux gens qui d'après vous avaient les clefs pour débloquer le problème et vous faire avancer ?

Oser se lancer

Finalement quand on creuse ce qui nous bloque la majorité du temps c'est nous même. On ose pas se lancer car on a peur. Peur de ne plus avoir assez d'argent, de ne pas avoir les compétences et de ne pas savoir les acquérir, peur du jugement des autres, et puis au fond peur tout court. Pour une raison toute simple qui est que depuis la nuit des temps on a été câblés comme ça. Avoir peur de l'inconnu c'est quelque chose qu'on a d'ancré au fond de nous, même si petit à petit on peut s'en détacher c'est la fonction par défaut. Une situation connue bien que désagréable n'en reste pas moins rassurante.

Mais qu'est-ce que vous risquez vraiment ?

C'est une vraie question, si vous vous lancez, dans le pire des cas, qu'est ce qui peut vous arriver ? Et sur tout ça, qu'est ce qui est vraiment irréversible ?

Bien souvent si on fait vraiment la liste de ce qu'on risque, on s'aperçoit qu' on ne risque pas de perdre tant de chose que ça. D'autant plus si on est dans une position déjà compliquée (recherche d'emploi, jeune sans expérience, overbooké etc.)


Alors ? N'avez-vous pas des projets qui mériteraient que vous leur donniez leur chance ?


Commentaires

Anais Lacombe,

Super article Nicolas ! Qui permet à la fois de prendre du recul et de dédramatiser le fait d'entreprendre (car en se mettant trop la pression on risque de ne pas réussir a se lancer)... Tu parles à cet égard du fait de ne pas avoir peur d'échouer (ce qui, il est vrai, est souvent un frein totalement bloquant, issu pour une très large part de notre education qui tatoue sur nous une angoisse de l'échec) ; alors que "l'échec" fait organiquement partie de la réussite... Plutôt que d'échec dailleurs je parle toujours d'essai car il s'agit de cela, et l'essai est positif, retraduisant bien l'énergie, l'élan qui sont à la source du fait d'entreprendre...
Donc oui article à la fois dédramatisant et dynamisant car il nous remet face à notre responsabilité de créer, de faire quelque chose de notre vie, de donner une raison à nptre existence.
Et comme tu le dis : qu'avons nous a perdre ? Rien. Nous avons tout à y gagner au contraire, à condition d'analyser ce qui s'est passé et ce qui s'est joue si jamais on n'atteind pas encore le résultat que mon setait donné. On est riche de nos "erreurs", "errances", "écarts"...

Nicolas,

Bonjour Anaïs, et merci beaucoup pour ton retour très enrichissant !
Tu as totalement raison de parler d'essai au lieu d'échec. La notion d'échec est un jugement, et comme tous jugement son intérêt est limité. Le tout est effectivement d'être flexible, apprendre de ses erreurs comme de ses réussites pour avancer vers son idéal, son but.
A bientôt !

Ajouter un commentaire